La plume et les ombres

S’engager comme pompier volontaire, une tradition familiale

pompier-volontaire-utilisation-materiel-accessoires-hydrauliquesMon père, mon grand-père, mon oncle paternel, mes cousins … tous ont été des pompiers volontaires à un moment ou à un autre. Cela fait partie d’une ancienne tradition de notre famille et je me suis également engagé il y a une dizaine d’années environ, en parallèle de mon activité professionnelle. A l’époque, j’avais déjà quelques connaissances, notamment sur le matériel de lutte contre les incendies et les accessoires hydrauliques, puisque j’avais été plus ou moins formé par mon père et mon papi. Bien sûr, cela ne m’a pas dispensé de suivre la formation. Mais ces quelques bases m’ont été très utiles.

Apprendre à se servir du matériel de lutte contre l’incendie

Quand mon papa, mon oncle et mes cousins me parlaient de leurs missions, de leurs interventions, évoquaient les dangers et risques encourus, je ne rêvais que d’une chose : suivre leur exemple. Seulement, si j’avais déjà souvent entendu parler de canons, lances à mains et autres matériels et accessoires hydrauliques utilisés par les pompiers, je n’avais jamais pu m’en servir. Donc, la première fois que j’ai dû le faire, je n’ai pas été très à l’aise. Mais c’est normal, et je n’étais pas le seul dans ce cas-là. Heureusement, au fil du temps j’ai appris à manier ces équipements pour combattre les incendies. D’ailleurs, aujourd’hui, je m’occupe régulièrement de former de nouveaux volontaires et j’aime beaucoup ce rôle que je trouve très enrichissant.

Perpétuer la tradition, une fierté et une volonté

Pour moi, il était évident qu’un jour je m’engagerais. Quand j’ai eu 16 ans, j’ai longuement hésité mais je ne me sentais pas assez mûr et responsable, donc j’ai préféré attendre un peu. Et je dois avouer que je suis très fier d’avoir suivi le chemin des membres de ma famille. Ils ne m’ont jamais obligé à m’engager, je l’ai fait par envie. La caserne à laquelle j’appartiens se trouve à 10 minutes à pied de chez moi et nous sommes tous très unis. Je me souviens encore des premières fois où je me servais du matériel incendie, des accessoires hydrauliques et de mes appréhensions. J’avais tout le temps peur de faire des erreurs et de mettre la vie des autres pompiers en danger. Je manquais tout simplement d’expérience. Dès que j’ai eu confiance en moi et en mes capacités, je n’ai plus eu cette peur. Bien évidemment, je suis conscient des dangers et toujours vigilant. Mais j’espère qu’un jour, mes enfants auront eux aussi envie de perpétuer cette coutume familiale.

Laisser une réponse

*